Les filles et les maths

Compter sur ses doigts

Photo comptersursesdoigts
On associe encore trop souvent le fait de compter sur ses doigts à un niveau médiocre en mathématiques. Les enfants qui compteraient sur leurs doigts seraient ceux qui n’arriveraient pas à compter de tête et donc ceux qui rencontreraient le plus de difficultés.

Or les études psychologiques et neuroscientifiques démontrent aujourd’hui que les élèves apprennent plus facilement les mathématiques lorsque le corps participe à cet apprentissage.

Nous avons 10 doigts !

Laissons les enfants utiliser l’instrument le plus naturel et le plus logique mis à leur disposition : leurs mains
Stella Baruck
Comme le dit Stella Baruck, chercheuse française en enseignement des mathématiques : « Pourquoi comptons-nous en base dix ? Parce que nous avons 10 doigts. Nous disposons donc d’un formidable outil pour fonder notre numération. Il faudrait choisir de nous en passer ? »

Nous disposons tous en effet de cet outil qui nous permet d’appréhender les chiffres et les nombres mais certains enfants ne savent pas ou n’osent pas l’utiliser. Selon les recherches des professeures en psychologie Catherine Thévenot et Justine Dupont-Boime, ce sont les enfants les plus efficaces cognitivement qui utilisent le plus leurs doigts. Ils s’en servent pour réaliser des additions simples et cela leur permet d’avoir de meilleures performances. Plus ils utiliseront cette stratégie, plus vite ils pourront s’en passer pour passer au niveau mental. 
Par conséquent, leurs recherches suggèrent d’encourager l’enseignement explicite du comptage des doigts pendant les premières années de scolarité.

Les approches visuelles

La professeure en sciences de l’éducation mathématique à l’Université de Stanford (Californie), Jo Boaler, affirme également qu’il faut compter sur ses doigts. Elle encourage également ses étudiants à favoriser les approches visuelles.

Le rôle essentiel du visuel est de plus en plus mis en avant pour son impact sur la mémorisation : on peut illustrer, dessiner, utiliser des couleurs pour apprendre un cours ou pour retenir l’orthographe d’un mot en lui associant une image par exemple. Pour Jo Baeler, en mathématiques également, il faut encourager les élèves à réaliser des schémas, à utiliser des couleurs, à gribouiller des figures.  Développer cette faculté de visualisation est essentielle pour comprendre les concepts mathématiques.

Elle rappelle que Thomas Edison et Albert Einstein avaient une très forte intelligence visuelle (intelligence qui fut méprisée tout au long de leur scolarité).
Visualisation du théorème de Pythagore
Visualisation du théorème de Pythagore
Egalite de pythagore2
Travaillant avec de nombreux collégiens et lycéens, je suis souvent surprise par leur faible utilisation de feuilles de brouillon. Gribouiller ses notes, faire un croquis, traduire en dessin le « problème » permet de mieux comprendre et de penser en profondeur.

Utilisons notre corps !

L’importance du corps pour apprendre ET pour enseigner est également démontrée par des chercheurs en sciences cognitives. Ils ont étudié l’influence des gestes sur la compréhension des concepts mathématiques. Les résultats des élèves sont meilleurs lorsque les professeurs utilisent une gestuelle appropriée pour souligner leurs explications.
Tables de multiplication : on saute sur le bon résultat
Tables de multiplication : on saute sur le bon résultat
Ou alors on représente le résultat avec son corps : 16 !
Ou alors on représente le résultat avec son corps : 16 !
Ainsi, en mathématiques également, matière souvent perçue comme difficile et réservée à certains esprits, les recherches et les pratiques montrent qu’on ne peut dissocier le corps et l’esprit. 
Plus on fait interagir le corps avec le cerveau, plus l’apprentissage sera facilité et efficace.

Vos réactions (1)

Eh oui, un petit dessin vaut mieux qu'un long discours !
Et l'utilisation du brouillon est très aidante mais effectivement, souvent mise de coté.
Article intéressant . Merci
Manu

par emmanuel lorin , il y a 1 an
Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires

Les filles et les maths